Imprimer cette page

Conférences

Henri David Thoreau (1817/1862), un philosophe pour notre temps

par René Chanaud, militant écologiste et humaniste

 

Peu connu en France, l'américain Thoreau a été le témoin et le juge lucide d'une société industrielle naissante où les indiens n'ont plus leur place, où la nature va perdre la sienne, où les noirs ne peuvent trouver la leur et où l'homme blanc ne trouve pas celle qui aurait pu le rendre libre et heureux. Il va inspirer de grandes consciences comme Tolstoï, Gandhi, Martin Luther King... Mais plus que jamais, Thoreau, le désobéissant, philosophe, poète, libertaire, mystique sans église, naturaliste, prophète du retour aux sources, peut être le signe de ralliement de la conscience occidentale en pleine crise de sens. D'une extrême lucidité, il avait pressenti toutes les menaces qui pèsent sur notre temps. Dans son livre le plus connu, « Walden » il raconte son expérience de vie dans les bois. Mais ce n'est surtout pas une invite à le copier. Il nous incite à rester des « éveillés » en toutes circonstances, à jamais décidés à ne pas nous en laisser conter et à maîtriser notre présent.

 

Fin de l'Occident, naissance du monde

par Hervé Kempf

Cessons de nous raconter des histoires sur « la crise » !

Et regardons de face le cœur du problème qui se pose à la société humaine en ce début du XXIe siècle : les contraintes écologiques interdisent que le niveau de vie occidental se généralise à l’échelle du monde. Il devra donc baisser pour que chacun ait sa juste part. Autrement dit, l’appauvrissement matériel de l’Occident est inéluctable.

Comment allons-nous vivre cette mutation : en changeant nos sociétés pour nous adapter au mieux à ce nouveau monde, ou en nous opposant au sens de l’histoire, au prix d’un déchaînement de la violence ?

Déjà en cours de traduction dans plusieurs langues, ce récit phosphorescent d’idées originales prend comme fil conducteur les tribulations de l’humanité depuis son apparition sur terre. Captivant et à rebours du discours dominant, il nous invite à une dérangeante lucidité. Mais ce livre est également habité par un optimisme communicatif : oui, un nouveau monde est possible.

Six idées fortes

  • Appauvrissement matériel : les pays riches doivent s’organiser pour réduire leur consommation matérielle et énergétique.
  • Espace écologique : la clé géopolitique du XXIe siècle sera le partage de l’espace écologique planétaire.
  • Bio-économie : l’économie va se structurer en fonction de l’utilisation économe des ressources bio-écologiques.
  • La force paradoxale de l’Europe : l’Europe a l’avenir devant elle. Parce qu’elle est plus sobre, plus juste et moins agressive que les autres superpuissances. Sa faiblesse fait sa force.
  • Le retour des paysans : les paysans vont redevenir une des couches sociales les plus indispensables et les plus porteuses d’avenir – et d’abord pour créer de l’emploi. • Réduire les inégalités : une diminution
  • drastique des inégalités, tant à l’échelle mondiale qu’au sein de chaque société, est indispensable pour parvenir à l’équilibre écologique.

Ce qu’en disent les médias :

  • Jean-Jacques Bourdin, RMC : "Un livre passionnant".
  • Christophe Bourseiller, France Musique : "Un livre fascinant"
  • Laure Noualhat, France Inter : "Le propos est absolument limpide, ambiteux, logique".
  • Jean-Marie Durand, Les Inrockuptibles : "Il faudra accomplir une mutation radicale, que l’auteur appelle ’le passage du néolithique au biolithique".

 L'image de couverture est le détail d’une œuvre du peintre brésilien Sergio Bello, Les Enfants terribles, 2004.


 

 

Pierre Rabhi, au Nom de la Terre

Pierre Rabhi est paysan, écrivain et penseur. Il est l’un des pionniers de l’agro-écologie en France. Amoureux de la Terre nourricière, engagé depuis quarante ans au service de l’Homme et de la Nature, il appelle aujourd’hui à l’éveil des consciences pour construire un nouveau modèle de société où une "sobriété heureuse" se substituerait à la surconsommation et au mal-être des civilisations contemporaines.
Ce film retrace l’itinéraire d’un "sage", du désert algérien à son expertise internationale en sécurité alimentaire. L’histoire d’un homme et de sa capacité hors du commun à penser et à agir en fédérant ce que l’humanité a de meilleur pour préserver notre planète des souffrances qu’elle subit.
"Pierre Rabhi, Au nom de la Terre" raconte le cheminement d’une vie et la conception d’une pensée qui met l’Humanité face à l’enjeu de sa propre destinée.

 

Toxique Planète
Le scandale invisible des maladies chroniques

par André Cicolella

Aujourd’hui, 2 décès sur 3 dans le monde sont le fait des maladies chroniques (maladies cardio-vasculaires ou respiratoires, cancers, diabète…). En France, ces maladies progressent 4 à 5 fois plus vite que le changement démographique. Le cancer touche 1 homme sur 2 et 2 femmes sur 5. Les coûts générés font imploser les systèmes de santé.

Face à cette catastrophe sanitaire, il est temps de réagir. Les maladies chroniques ne sont ni un simple effet du vieillissement ni une fatalité : notre environnement moderne est en cause. Des milliers de molécules chimiques l’ont contaminé mais aussi la malbouffe, la sédentarité, la pollution urbaine, le travail précaire et stressant et les inégalités au Nord comme au Sud.

La découverte des « perturbateurs endocriniens », la mise en évidence d’une transmission de cet héritage toxique aux générations futures révolutionnent la pensée scientifique et réclament de nouvelles politiques de santé à l’échelle mondiale. Au-delà d’un constat fondé sur les références scientifiques les plus solides, André Cicolella livre des clés pour l’avenir : oui, les maladies chroniques peuvent reculer, à condition de repenser notre façon de vivre, de consommer et de travailler ! 

André Cicolella est chimiste, toxicologue, conseiller scientifique à l’Ineris et enseignant à Sciences Po. Il est président du Réseau Environnement Santé à l’origine de l’interdiction du bisphénol A dans les biberons, de l’interdiction du perchloréthylène dans les pressings, etc. Il est l’auteur notamment d’ Alertes Santé, Fayard, 2005.

 

 


Previous page: Achives 2014
Next page: Samedi 3 mai