La catastrophe écologique est enclenchée, la pandémie du coronavirus a déstabilisé le monde, le changement climatique s'accélère.
Un responsable : le capitalisme. En refusant la sobriété, il précipite le réchauffement planétaire. En détruisant les écosystèmes, il a mis en contact des virus mortels avec les humains. En aggravant les inégalités, il a plongé des dizaines de millions de personnes dans la misère. Mais les capitalistes ne veulent rien changer. Au contraire, ils amplifient leur nouveau projet, le technocapitalisme.
Dans la post-humanité hybridée avec les machines qu’ils imaginent, il y aura selon leurs idéologues les « castes inférieures », livrées au chômage et à la détresse provoquée par la catastrophe écologique, et « une élite privilégiée ». Cette vision du monde conduit à l’apartheid climatique. Il est urgent de lancer les stratégies de résistance et d’insubordination à l’ordre numérique.